Faire une recherche :  

[[DATE]] Ô secours...la laïcité est en danger


Par hasard,(en réalité j’avis décidé de m’atteler à une tâche ingrate : repasser une montagne de linge !), je me suis trouvée à regarder l' émission C dans l’air , « Les Chrétiens d’Orient et d’Occident », d’Yves Calvi, mardi 7 avril.

Très rapidement, je me suis rendue compte que le sujet essentiel pour les quatre « honorables » invités (Vincent Hugueux, grand reporter à l’Express, Yves Thréard du Figaro, Michel Wieviorka sociologue, Virginie Martin politologue) d’Yves Calvi était le procès de la laïcité.

Pour faire vite, la laïcité est dépassée…

Avec ses « laïcs djihadistes »( !), elle a entretenu la « christianophobie », et surtout, est  responsable au passage de la montée des fondamentalismes  religieux …

A la poubelle la laïcité !

La plus virulente dans ce débat, était, sans aucun doute, Virginie Martin, éminente politologue, chouchou actuelle des plateaux de Tl, émissions de radio et colonnes de journaux.

Si le reporter de l’Express reconnaissait que la notion de laïcité était incompréhensible, (« exotique » même), dans les pays d’Orient et d’Afrique parce que la religion, quelle qu’elle soit ; expliquait TOUT et répondait  à TOUT, Virginie Martin en profita pour enfoncer le clou :
  • 1/ D’ailleurs, les anglo-saxons (plus proches de nous, sous-entendu…) n’y comprennent rien du tout non plus. Exemple, le voile est autorisé partout au Royaume Uni et tout se passe très bien (sic). Normal, ils sont ouverts, eux !
  • 2/La laïcité à la française est un principe jacobin qui nous enferme dans nos frontières, c’est un refus, une exclusion même de toutes les religions. Par extension le refus des autres.
  • 3/ Au final, la laïcité…et les valeurs républicaines dans leur ensemble sont un handicap face à l’ouverture actuelle et incontournable du monde. Elle nous bloque dans une position de repli qui n’est plus d’époque.
Qui est Virginie Martin, dites-vous ?

Diplômée de Sciences Po, elle enseigne à la Kedge Business School, (Ecole de commerce), à Paris, spécialiste du management d’entreprises et des médias (Tout un programme….).

Présidente depuis 2012 de « Think Tank Different » (traduction « char d’assaut de la pensée différente », sorte de laboratoire d’idées pour réfléchir sur différents sujets de société, créé sous l’impulsion de Thomas Hollande…, basé à Marseille. (Tout un programme également)

Elle est définie comme féministe, mais de par son ouverture d’esprit, .le port du voile dans les lieux publics ne la gêne nullement. Elle applaudit même la prouesse de la Saoudienne qui a participé aux jeux Olympiques de Londres sans qu’une once de sa peau n’apparaisse !

Elle a réalisé sa thèse autour de la question du Front National, en limitant l’impact du désarroi économique de son électorat. Elle l’attribue surtout à un « trouble civilisationnel »…

Par ailleurs quand on sait que les anglais se rallient autour d’un « God save the queen » et que les Présidents des USA prêtent serment sur la Bible lors de leur investiture, il me semble que l’on peut prendre toute la mesure de leur opinion sur la laïcité.

Mais l’on comprend parfaitement que  la notion d’ouverture du monde telle qu’elle est conçue par les anglo-saxons, en général, et par Virginie Martin, en particulier, à savoir celle de l’ultralibéralisme… n’est pas la mienne.

Ce qui explique bien entendu, que cette émission, navrante, s’est achevée par une harangue du sociologue présent (Michel Wieviorka…tout aussi émérite que Virginie Martin) contre les discours incantatoires des politiques français sur la laïcité et les valeurs républicaines face à la montée des intégrismes…. "Ça ne sert à rien"…. Et cerise sur le gâteau : « C’est le contraire qu’il fallait faire » !

C’est quoi le contraire ? J'aimerai que l'on m'explique!!!

 
Laisser un commentaire sur cet article (1 commentaire déjà posté)


 

 
[[DATE]] Le pot de fer et le pot de terre

Face à mes révoltes, mes enragements et… mes engagements, ma mère ne cesse de me répéter depuis ma plus tendre enfance :
- « Tu sais, mon père n’a jamais cessé de me dire, que le pot de terre ne gagne jamais contre le pot de fer…. ! »
(Ce qui, entre nous, ne m’étonne pas du tout…. Du peu que je l’ai connu et entendu sur lui, j’en garde l’image et le souvenir d’un « gros mou » qui s’écrasait devant toute forme d’autorité….)

Cet adage a le don de m’exaspérer au plus haut point…. d’autant que je ne savais jamais comment le contredire, le contourner.

Alors quoi ?!
S’indigner, s’insurger …. Ça ne sert à rien ?!
Agir, lutter … en vain ?

Ceux qui détiennent les forces politiques et économiques, en déniant impunément toutes les valeurs républicaines de  liberté, égalité, fraternité (solidarité)….à l'ensemble de la population, gagneront toujours ?

Ne nous reste-t-il donc qu’à subir ?

....Jusqu’à ce qu’un ami, à qui j’en parlais (de mon exaspération surtout face à cette éternelle désespérance sous jacente qui traverse les siècles), m’a répondu illico :

- « Oui, mais … le fer rouille alors que c’est dans la terre que les graines germent ! »

Merveilleuse  et poétique métaphore….

A condition, bien entendu, que des scientifiques fous et des fonds de pensions n’investissent  tout azimuts dans des fermes-usines….où l’on se passera totalement de la terre !

Je sais que « Rien n’est jamais acquis à l’homme…. »*… encore faut-il que le dit "homme "réagisse avant d-être totalement décérébré, atomisé.

* "Il n'y a pas d'amour heureux" - Louis Aragon; 1946


 

 


 

 
[[DATE]] Je ne suis pas économiste...et m'en garde bien!

Je ne suis pas économiste…et m’en garde bien…
Ce texte d'humeur je l'ai écrit, il y a quelques temps déjà (2008)....

Mais depuis, qu'est-ce qui a changé?
Si.... Comme Bernard Maris tué à Charlie Hebdo le 7 janvier 2015...et la proposition des économistes pluridisciplinaires favorable à la création d'une nouvelle section universitaire  "Economie et Société" a été repoussée par les économistes en place néolibéraux.
C'était pourtant une solution pour redonner du souffle à la réflexion sur les affaires économiques et sociales de notre temps, en
permettant de valoriser une autre manière de penser l’économie.

Aussi, ce texte malheureusement est toujours d'actualité :


"... ils sont à la mode (les économistes)….à la une des journaux papiers, radio, TL…tous les jours, une brochette d’entre eux, viennent nous expliquer, commenter, informer….
Ce qui est extraordinaire, c’est qu’ils avaient tout prévu…la crise, la récession, la chute de la bourse, etc, etc…

Je ne suis pas économiste, je le répète… mais moi aussi….j’avais tout prévu…depuis des années !

Sauf que, aujourd’hui,  les économistes sont sortis de leur boite, tout frais, tout propres, tout neufs. Ils nous expliquent que la situation est grave..

ça y est !
on y est…dans la Crise !

Les gouvernants aussi, s’agitent et nous disent aussi que la situation est grave…
Mais, eux, tiens, étrange…ils ne savaient pas, …
A croire ?!....Parce qu’en tout cas, ils n’ont rien fait !

D’ailleurs, tout le monde savait depuis des décennies….et ?...rien
Et toi, le citoyen lambda ?...comme tout le monde… puisque maintenant tu te tournes mécontent contre le banquier, le gouvernant, …

Euh !  pas vers l’économiste…à quoi ça sert un économiste ?
Avant à rien, semble-t-il…
Et après ? Bof ! à rien non plus !

Les types, en général, sortent leur « petit manuel de l’économiste amateur » et s’envoient les théories à la tête, refont les guerres, l’air important de ceux  qui maitrisent tous ces concepts et ces mécanismes…

(D’ailleurs, c’est un monde bien masculin que celui de la finance : les banquiers, les traders, les golden boys…et les économistes…
Pas encore vu une femme…


« oh ! y’’en a » vont me rétorquer certain(e)s, agacé(e)s par mon sexisme naturel en sortant du bois…comme les économistes…
 
Mais si peu, non ?!...

 La finance pour les mecs c’est comme la bagnole…ce sont eux les spécialistes !)

Et oui, le miroir aux alouettes tu t’y es bien miré ? T’en as profité un max…et même tu en redemandes !

Depuis des décennies, le rêve de chacun « devenir propriétaire »…
Etre locataire ?! Quelle honte !…il n’y a que les ringards…et les vraiment pauvres….
3, 4 voitures par famille…normal…pour amener les enfants à l’école, aller chercher le pain, être autonome….(surtout quand il a fallu acheter sa maison à 50km du lieu de travail et en pleine campagne !!! )

La crise pour la sauvegarde de la Planète….elle date de la même époque que celle de la crise financière….Non ?!

Alors, les lamentations, les accusations, et même les mesures de rétorsion (contre les vilains traders, les « parachutes dorés »…), vaste hypocrisie !...

Et rien à ajouter …. que ma colère devant cette vaste hypocrisie, d’où qu’elle vienne !

Par contre je m’interroge :
Comme par hasard, depuis quelques jours, les médias se déchaînent contre les élus (« tous pourris », c’est connu !) et « leur train de sénateur »…non pas que je ne sois pas sensible à ces abus…mais je ne m’interroge pas moins sur la concomitance de toutes ces informations (crise financière internationale, privilèges des élus…)…

Oh ! non, je ne crois pas à la thèse du complot…trop simpliste…

Par contre, à plus ou moins long terme,  le monde de la finance a tout intérêt à ne pas se trouver à la première ligne du front et à sacrifier quelques « têtes » (politiques s’entend) pour se protéger, et bien faire comprendre(aux politiques) où est véritablement le pouvoir !

Et ce que je crains, personnellement, ce n’est pas la perte de mes biens (je n’en ai pas…), c’est vers qui, vers quoi va s’écouler la rancœur, la frustration des..gens !

 
Laisser un commentaire sur cet article (1 commentaire déjà posté)


 

 
[[DATE]] "Liberté de conscience et respect de la laïcité"

"Par Jean-Paul Scot, historien et auteur (1) : "Charb, Cabu, Wolinski et Charlie Hebdo ont-ils été châtiés pour avoir blasphémé ? Non ! Ils ont été assassinés pour avoir défendu, par l’humour mais jusqu’au sacrifice, la liberté de conscience, de pensée et d’expression critiques contre tous les obscurantismes, tous les fanatismes, tous les intégrismes religieux et politiques.
 
Charb, Cabu, Wolinski et Charlie Hebdo ont-ils été châtiés pour avoir blasphémé ? Non ! Ils ont été assassinés pour avoir défendu, par l’humour mais jusqu’au sacrifice, la liberté de conscience, de pensée et d’expression critiques contre tous les obscurantismes, tous les fanatismes, tous les intégrismes religieux et politiques. Ils n’ont pas été massacrés par des musulmans, fussent-ils radicaux, mais par des terroristes barbares et fascisants.

En France, le dernier supplicié pour blasphème fut en 1766 le jeune chevalier de La Barre car ce délit n’existe plus depuis la Révolution. L’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 stipule : «  Nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public.  » Le délit de blasphème, comme celui de régicide, fut rétabli par la monarchie, restaurée en 1815, mais abrogé dans les années 1830. La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse le supprime définitivement, même si «  la provocation aux crimes et aux délits  » et «  l’incitation à la haine et à la violence  » restent susceptibles de poursuites et de sanctions. Ce qui peut être sanctionné par la loi, c’est l’injure ou la diffamation de personnes ou de groupes de personnes.

Le blasphème a été défini par l’Église catholique comme «  tout propos ou acte irrespectueux contre Dieu  » et comme «  une défaillance dans l’expression de la foi  ». La notion de blasphème n’a donc de sens que du point de vue des religions. Ce sont elles qui déterminent en effet ce qui est injurieux ou diffamatoire envers elles-mêmes. Ce sont elles qui interdisent le blasphème car elles prétendent avoir le monopole de la vérité et du sacré. Ce sont elles qui diabolisent ce que les croyants d’autres religions ou les incroyants considèrent comme de simples moqueries irrévérencieuses ou des critiques intellectuelles. Ce sont elles qui font appel au pouvoir politique des États pour punir les apostats et les blasphémateurs. Et les États conservateurs et autoritaires font de l’apostasie et du blasphème des délits, voire même des crimes, parce que ces pratiques remettent en cause l’ordre politique et social. En République laïque et démocratique, le blasphème n’existe pas.

En effet, le droit de blasphémer a été conquis comme un corollaire de la liberté de conscience et de pensée. Pierre Bayle, ce philosophe protestant mort en exil en 1706, affirma le premier que «  le blasphème n’est scandaleux qu’aux yeux de celui qui vénère la réalité blasphémée  ». Le blasphème n’a en effet de sens que pour ceux qui partagent les mêmes croyances religieuses. Venant des non-croyants, des propos blasphématoires ne sauraient atteindre des croyants dans leur foi ; ils les mettent seulement à l’épreuve. Punir les blasphèmes et réduire les hérésies n’aboutit qu’à mettre les croyants en contradiction avec leurs religions de vérité et d’amour.
Voilà pourquoi les philosophes des Lumières ont dénié aux religions le droit d’imposer leurs dogmes à toute la société, aux croyants d’imposer leurs croyances aux agnostiques et aux athées. Les normes politiques et civiles doivent être déliées, séparées, indépendantes des normes religieuses. La justice publique n’a pas à faire respecter les dogmes religieux. La liberté de blasphémer est un droit découlant de la liberté de pensée et d’expression. La liberté de pensée est absolue ou elle n’est pas. En proclamant la liberté de conscience et l’égalité des droits entre tous les hommes, l’Assemblée constituante a jeté les bases non de la tolérance mais de la laïcité, que la loi de séparation des Églises et de l’État a consacrée en 1905.

Certains prétendent aujourd’hui qu’il faudrait limiter la critique des religions au nom du respect qui leur serait dû en raison des fonctions qu’elles assurent dans la société et qui peuvent favoriser l’intégration et maintenir la paix civile. En 1991, Mgr Lustiger demandait la pénalisation de publications antireligieuses au nom du «  respect d’autrui  » et d’«  atteinte grave au pacte social  ». Le député UMP Éric Raoult proposa en 2006 le rétablissement du délit de blasphème. Nicolas Sarkozy entendit répondre «  aux attentes des grandes religions  » pour des raisons d’intégration sociale et de sécurité intérieure. Des néocléricaux invoquent un alignement sur une «  laïcité européenne  ». Il est vrai que le délit de blasphème subsiste plus ou moins dans le Code pénal de nombre d’États de l’Union européenne (Allemagne, Autriche, Espagne, Finlande, Grèce, Italie, Irlande, Malte, Norvège, Pologne, Royaume-Uni), même si la sécularisation des sociétés en limite les recours. Les Pays-Bas l’ont abrogé en 2013.

Il ne faudrait donc pas confondre tolérance et laïcité. La tolérance est une concession du prince à certains sujets, de l’État à des communautés, pas la reconnaissance d’un droit naturel, plein et entier, égal pour tous les citoyens et irrévocable. Jaurès, qui n’appréciait pas un certain anticléricalisme grossier mais qui respectait absolument la liberté de critique, ne s’y trompait pas : «  Nous ne sommes pas, disait-il en 1910, le parti de la tolérance – c’est un mot que Mirabeau avait raison de dénoncer comme insuffisant, comme injurieux même pour les doctrines des autres. Nous n’avons pas de la tolérance, mais nous avons, à l’égard de toutes les doctrines, 
le respect mutuel de la personnalité humaine et de l’esprit qui s’y développe.  »

Le respect est dû aux personnes, aux croyants, pas aux croyances, pas aux religions, qui sont à soumettre à la critique de la raison et de la science, du rire et de l’humour.

(1) Derniers ouvrages parus :
 Jaurès et le réformisme révolutionnaire. 
Seuil, 2014.
 L’État chez lui, l’Église chez elle. Comprendre la loi de 1905. 
Seuil, réédition, 2015."

(In humanite.fr , 9 jan. 15)

 
Laisser un commentaire sur cet article (2 commentaires déjà postés)


 

 
[[DATE]] Le CHARLIE de Pierre

Mon petit dessinateur en herbe, de 4 ans I/2, était intrigué par la présence des crayons lors de la manifestation pour Charlie dans notre petite ville.
Il n'arrivait pas trop à comprendre Qui était ce CHARLIE pour lequel nous étions là.
Oui, il a entendu qu'il y avait des "gros bétas" qui avait fait du mal, tués plusieurs personnes....que nous étions tous là, parce que nous étions tous tristes pour ceux qui étaient morts et que nous voulions aussi défendre quelque chose qui s'appelle la Liberté....
De toute façon, ce n'était pas son copain Charlie, qui était à l'école avec lui....
"Il est où, alors CHARLIE" ?...et pourquoi, il y a des crayons?..." demandait'il régulièremùent
"Parce que c'étaient des dessinateurs, des gens qui faisaient des dessins...." lui, avons nous répondu, entre autres....et là, il s'est arrêté....et a déclaré :
"Maman, dès que l'on sera à la maison, je vais faire un dessin pour eux, moi aussi, je suis triste...."
Sa Maman a écrit les mots qu'il voulait....et il m'a fait remarquer, en me donnant le dessin :
"Mais, c'est moi qui ai signé!"

CHARLIE DE PIERRE
 

 


 

 
[[DATE]] Nous sommes tous des CHARLIE

https://www.youtube.com/watch?v=iKfKcamrg5o

 


 

 
[[DATE]] Laissez parler les p'tits papiers...

Tout en faisant de l’Histoire, Jules Michelet (Historien -1798-1874, le père de l’ « Histoire de France ») disait :
« Ces papiers, ces parchemins laissés là depuis longtemps ne demandaient pas mieux que de revenir au jour. Ces papiers n'étaient pas des papiers, mais des vies d'hommes.... »…
C’est d’autant plus vrai pour la généalogie, vies d’hommes et de femmes dont nous sommes issus.

Je me suis amusée à relever ces citations sur la généalogie, au fil du temps, au fil des ans....

Il y en a des :

…antiques :
« Qui s’enorgueillit de ses ancêtres, loue les exploits d’autrui. » Sénèque (Philosophe Latin. -4-65 ap. JC)…

Citation ô combien éclairée par l’une des égéries du « siècle des Lumières », Madame Roland (écrivaine politique. 1754-1793): « Se glorifier de ses ancêtres, c'est chercher, dans les racines, des fruits que l'on devrait trouver dans les branches. »

…écolos en tout genre :

Normal puisqu’il est question d’ « arbres »… à consonance philosophiques pour certaines, ou nettement plus humoristiques pour d’autres
• « Beaucoup d'arbres généalogiques ont commencé par être greffés. » Samuel Johnson (Ecrivain anglais.1709-1784)… «L'enfer est pavé de bonnes intentions.», c’est lui !)
• « S'il fallait un jour que les forêts disparaissent, l'homme n'aurait plus que son arbre généalogique pour pleurer. » Albert Einstein (Physicien. 1879-1955)
• « Oublier ses ancêtres, c’est être un ruisseau sans source, un arbre sans racines. » Proverbe chinois
• « Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants. » Antoine de Saint-Exupéry (écrivain et aviateur français. 1900-1944)

• « Singe. Animal arboricole qui se sent également très à l'aise dans les arbres généalogiques. » Ambrose Bierce (Ecrivain et journaliste américain. 1842-1914, en particulier « Le dictionnaire du Diable »)
• « Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Être de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. » Alphonse Allais (Ecrivain et humoriste français.1854-1905)

…des scientifiques/génétiques…ou pas :
• « La généalogie est une science rigoureusement inexacte, à cause des bâtards. » Léo Campion (Chansonnier et caricaturiste français -1905-1992)
• « Il savait sa généalogie, il connaissait ses aïeux sur le bout des doigts ; mais il n'était pas sûr de son père. » Jules Renard (Ecrivain français.1864-1910)
• « La noblesse est une propriété mystique de la liqueur séminale. » Paul Valéry (Ecrivain et poète français. 1877-1945)



… et enfin, des franchement matérielles….
• « Chercher ses racines, c'est au fond se chercher soi-même : qui suis-je ? Quels sont les ancêtres qui m'ont fait tel que je suis ? Des noms d'abord, des dates, quelques photos jaunies ou, avec plus de chance,... un testament….. » Claude Levi-Strauss (Ethnologue, anthropologue français. Né en 1908)
• « On compte ses aïeux quand on ne compte plus.» François René de Chateaubriand (Ecrivain français.1768-1848)
• « Pourquoi dépenser de l'argent pour faire établir votre arbre généalogique ? Faites de la politique et vos adversaires s'en chargeront. » Mark Twain (Ecrivain et humoriste américain. 1835-1910)


En tout état de cause, j’adhère totalement à celle de Jonas Salk, (biologiste américain, inventeur du premier vaccin contre la poliomyélite - 1914-1995) :
« Notre plus grande responsabilité
est d'être de bons ancêtres. »

 


 

 
Pages :123>>
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site